Vous avez l’impression de ne jamais avoir de chance et de stagner dans la vie ?

Vous vous dites que la chance est réservée qu’aux autres ?

Sachez que c’est un sentiment partagé par de nombreuses personnes. Mais bonne nouvelle, ce sentiment est erroné.

Car s’il y a bien une vérité absolue, c’est que la chance sourit aux audacieux.

Rien dans la vie n’est gratuit, rien n’est offert. Le concept de la chance n’échappe pas à cette règle, malgré les idées reçues qui circulent à ce sujet.

Elle n’est pas le fruit du hasard, mais de la volonté et de l’influence qu’on y met. Lorsque l’on parle de « saisir sa chance » ou de la fameuse expression « take a chance » en anglais, cela signifie d’abord se créer des opportunités.

La chance appartient à qui veut et il ne dépend qu’à nous de saisir les options qu’elle nous offre. Plus la volonté qu’on y met est grande, plus les bénéfices seront grands.

C’est pourquoi il est important de distinguer les deux formes que peut prendre la chance, pour savoir comment la provoquer.

La chance de la volonté Vs la chance de Tyché

Le hasard, la chance et la fortune sont des sujets qui animent l’humain depuis des millénaires. Nous retrouvons les premières traces des deux concepts de la chance dès l’Antiquité.

La chance de Tyché

En 700 avant J.-C., les Grecques vouaient un culte à la déesse Tyché, déesse de la fortune et du hasard. Vénérée pour avoir bonne fortune, elle était l’allégorie de la chance. On priait pour elle lorsque l’on souhaitait être touché par la chance : recevoir une somme d’argent inattendue, rendre fertile, monter en grade, etc.

Ce que représente Tyché est purement lié au hasard. Les Grecques voyaient en elle l’incarnation d’une chance divine, celle que nous ne pouvons ni contrôler, ni provoquer, mais juste espérer.

Dans ce cas, ce qu’on appelle la chance de Tyché est un phénomène qui échappe à toute action. Nous ne pouvons pas devenir un inducteur qui est susceptible d’entraîner cette chance, il est donc impossible de provoquer quoi que ce soit.

Cette image est la plus populaire, celle qui a perduré jusqu’à nous. Celle du hasard total, de n’être que la bonne personne au bon endroit.

via GIPHY

La chance de la volonté

La deuxième forme de chance est celle qui nous intéresse le plus dans cet article. Paradoxalement, c’est la chance qui est la plus efficace alors que nous n’en parlons pas beaucoup et qu’elle est presque méconnue. Pourtant, elle est à l’origine du succès des plus grands.

Comme son nom l’indique, la chance de la volonté est un concept qui réagit à la détermination individuelle.

Contrairement à la chance de Tyché, cette forme catalyse la chance. Chacun d’entre nous devient un inducteur qui entraîne le début d’une chaîne de chance et ainsi, la provoque.

Et c’est à ce moment précis que l’adage qui dit que « la chance sourit aux audacieux » prend tout son sens.

Prenons par exemple une personne en recherche d’emploi. Si la personne en question reste tout le temps chez soi en attendant une proposition de travail sans envoyer son CV et sans interactions sociales, il n’a aucune chance de trouver un emploi.

Pourquoi sa chance avoisine-t-elle le 0 ?

Car il n’y a aucun inducteur de volonté.

La volonté provoque irrémédiablement la chance. Et la chance provoquée peut être saisie, car elle ne relève pas du hasard ou d’une quelconque force de l’univers, elle ne relève que de soi.

Dans l’exemple cité, si la personne en recherche d’emploi envoie son CV, ou entre en contact avec des gens susceptibles de lui ouvrir des portes, il se créera des opportunités qui découlent de la chance de la volonté.

Toutefois, pour être en mesure de provoquer sa chance et d’aller jusqu’au bout, il faut avoir de l’audace.

via GIPHY

L’importance de l’audace

Vous l’aurez compris, pour être en mesure de provoquer sa chance, il faut passer à l’action.

Et pour ce faire, il faut savoir sortir de sa zone de confort. Par définition, lorsque nous sommes dans notre zone de confort, nous stagnons. Parce qu’une fois installé dans une routine, nous ne créerons plus aucun inducteur de chance.

Afin de sortir de cette zone de stagnation, il faut être audacieux.

Selon le dictionnaire, l’audace est la capacité d’une personne à dépasser les obstacles et les convenances.

En effet, lorsque nous provoquons la chance, nous faisons quelque chose d’exceptionnel. Nous sortons de notre quotidien pour créer des opportunités et cela demande du courage et donc de l’audace.

Gardons à l’esprit que chaque effort fourni est récompensé à un moment donné.

Les 4 astuces pour provoquer sa chance

Il ne suffit pas de connaître ces concepts et d’être audacieux pour arriver à les déclencher et à saisir des opportunités.

Il y a tout un monde entre la théorie et la pratique.

Voici pourquoi il existe 4 attitudes simples à adopter pour pouvoir provoquer sa chance.

Ces attitudes sont destinées à être appliquées au quotidien, lors de ses journées. Vouloir acquérir les clés du succès en un instant et en une journée est illusoire.

Les véritables traits que l’on acquiert avec le temps sont les plus solides et les plus efficaces.

Être curieux

Winston Churchill disait : « Ce que vous appelez la chance, c’est l’attention aux détails »

Pour l’ancien premier ministre anglais, la chance se situe dans les détails.

Cette réflexion de Churchill est très juste, car les opportunités se créent souvent là où nous ne les attendons pas.

La curiosité est la tendance à vouloir apprendre et connaître davantage de domaines, de connaissances et même des choses très méconnues. La curiosité c’est l’art de voir les détails.

Voilà pourquoi il faut être curieux et chercher à en apprendre toujours plus pour rester attentif à la moindre opportunité qui se présente.

Prendre confiance en soi

Parfois, l’idée que la chance ne peut pas dépendre de nous est rassurante.

Cela signifie que ce n’est pas nos efforts qui vont impacter le nombre d’opportunités que l’on aura au cours de notre vie.

En résumé, on se dit que si c’est le fruit du hasard, c’est moins de pression sur nos épaules.

Pourtant, comme expliquée précédemment, la chance dépend bel et bien de nous et c’est loin d’être une mauvaise chose.

Prendre confiance en soi c’est se donner les moyens de parvenir à nos objectifs.

Tout le monde n’a pas une grande confiance en soi dès la naissance. C’est un aspect de la personnalité qui se travaille et s’améliore petit à petit.

via GIPHY

Développer un réseau

Lorsque nous faisons des rencontres, nous développons énormément de compétences et nous élargissons nos perspectives.

En plus d’améliorer sa communication et d’enrichir ses connaissances, faire des rencontres permet de se créer un réseau social.

Plus notre carnet d’adresses et de contacts est grand, plus nous augmentons le nombre d’inducteurs possible pour provoquer la chance.

Les opportunités sont souvent reliées à d’autres personnes, avoir des contacts avec ces personnes est une chose qui ne peut être que bénéfique.

Prendre plaisir dans le travail

Maintenant que vous savez que provoquer sa chance est l’inverse d’attendre un miracle, il est temps d’entrer en action.

Pour ce faire, le travail est la clé.

Néanmoins, quand l’on travaille sans passion, sans motivation, sans prendre plaisir comme si les heures de boulot sont un calvaire sans fin, cela devient contre-productif.

Dans ces conditions, il est presque impossible de devenir un inducteur soi-même ou d’entrer en contact avec un inducteur de chance.

Voilà pourquoi il est primordial d’aimer ce que l’on fait.

Pour pouvoir accomplir quelque chose, pour pouvoir atteindre son but et saisir des opportunités, il faut aimer ce que l’on fait.

Conclusion

En définitive, la chance n’est pas toujours due au hasard. C’est un phénomène que l’on peut inciter et produire. Les bénéfices peuvent apparaître bien plus vite que l’on pense une fois que nous provoquons la chance.

Pour résumer les points cruciaux :

  • La chance n’est pas réservée qu’aux autres : tout le monde peut être chanceux à condition de savoir se créer des opportunités et d’apprendre à les saisir.
  • Lorsque nous souhaitons provoquer la chance, il faut savoir démarrer une chaîne d’actions. Pour ce faire, il faut la présence d’un inducteur. Ce dernier peut être vous-même, quelqu’un d’autre ou un quelconque évènement.
  • La chance liée au hasard ne représente pas la chance en elle-même. Elle relève plus des coïncidences que de la véritable chance.
  • La volonté est le meilleur moyen de provoquer sa chance.
  • Il faut être audacieux afin de dépasser les obstacles qui se situent entre les opportunités et nous-mêmes.
  • Si nous ne sortons pas de notre zone de confort, il n’y a aucun moyen de créer ou de saisir n’importe quoi.
  • Les 4 traits à adopter au quotidien pour provoquer sa chance sont : la curiosité, l’amour du travail, la confiance en soi et la sociabilité.
  • Et enfin, la chance passe, il faut savoir la saisir sans craindre les conséquences. Chaque effort est récompensé, d’une manière ou d’une autre.